C’est l'histoire de la mort de Dieu, de tous les dieux, par un petit garçon qui grandit et qui n'est pas content ; avec un souvenir féminin qui hante de sa présence ses peines et ses joies.

C’est une genèse qui foire, des souvenirs d’enfance poétiques et décalés, des règlements de compte, un bras d’honneur à l’ « Éternel », un cours de philo qui dégénère, une séance chez le psy qui ne sert à rien...

On y croise aussi, Mitterrand, Sardou, le Che, la Bretagne, du romarin, du feu, les Béruriers Noirs ... et bien sûr des potes : Spinoza, Freud, Marx.

C'est un cri, un rire, un verbe qui ne se prend surtout pas au sérieux.

C'est une vie, c'est un signal d’alarme qui éructe, une colère jubilatoire après Charlie. Parce qu’il faut le dire, le crier que Dieu est mort, qu’on en a plus besoin et qu’il reste la joie la liberté, l’intelligence et l’amour.

Dieu est mort

10,00 €Prix